Pour les coiffeurs du monde entier, le cheveu indien représente la perfection, il est fort et résistant alors qu’en Inde l’eau et l’air lui sont vraiement hostile en raison de la pollution. Mais une fois traité et soigné ce cheveu lourd, souvent ondulé est fort beau (euh oui à quoi bon être modeste, soyons réaliste !).

indian_woman_with_long_hair

   

Les indiennes considèrent leur longue chevelure comme une force et un signe d’élégance. Du point de vue religieux, la chevelure signale dans un même mouvement, la chasteté et la fécondité. Et de façon plus prosaïque, la chevelure nattée des femmes marquent leur condition de soumission, vis-à-vis de leur mari, mais surtout de leur belle-mère, puisque lorsque ses deux seigneurs et maitres ne sont pas satisfaits, c’est par la natte que l’impertinente est saisie.

 

Mais la signification culturelle et religieuse est évidente en Inde pour nous Indhus. Car il est admis que notre mère Ganga (le fleuve Gange) prend sa source dans le chevelure du Dieu Shiva et que son eau purifie tout ce qu’elle touche.

 

devdasiL’engagement dévotionnel intégral des Jôgamma (prostituées, dévotes) de Yelamma (Inde du Sud) implique qu’elles renoncent en totalité aux lieux mondains traditionnels. Le service exclusif de la divinité qui en Inde, assignent aux femmes leur rôle, leur statut, leur identité. Pour nombre d’entres-elles le total engagement dévotionnel les condamne à la mendicité itinérante qui éventuellement couplée à la prostitution constituent à la fois leur devoir et leur seule source de revenus. Seul subsiste alors le lien tenu qui les attache au temple de la déesse. Cet espace « sauvage » à distance de toute agglomération qui se donne pour le lieu traditionnel de l’ascétisme ou les règles domestiques et villageoises n’ont plus cours. Ainsi au comprend mieux le négligé significatif de leur chevelure, véritable marqueur de leur état liminal. Si elles appartenaient au monde, ces chevelures manifesteraient leur impureté. 

 

442306188_7deb38a5fbL’offrande aux Dieux : Dans le Sud de l’Inde, au cœur du temple de Tipuari, les femmes et les hommes offrent, chaque jour, au Dieu Vishnou ce qu’elles/ils ont de plus précieux, leur chevelure,  afin qu’il exauce leur vœu le plus cher. Les indiennes nourrissent un véritable culte à leur chevelure, c’est pourquoi le sacrifice est grand.

Pour ce faire le temple à des barbiers qui lui sont attachés. Ils ont pour tâche le rasage intégrale environ 10 000 têtes par jour. Les fidèles et les pèlerins leur versent une obole qui peut être symbolique, mais peut varier selon leur situation. Une salle avec un comptable et un trésorier sont là pour accueillir les dons importants.

Une fois les cheveux recueillis, les transactions débutent, en premier lieu par le temple qui en tirera un profit financier - qui servira à la création d’écoles, de dispensaires, d’hôpitaux dans la région - en les vendant à des intermédiaires et des entreprises étrangères pour fournir les salons de coiffure essentiellement occidentaux pour en faire des perruques, des « rajouts », et pour garnir des matelas.