hijra1

Ni homme, ni femme, le hijra se considère comme un être asexué parce qu’il a pris la décision de s’émasculer pour privilégier la vie spirituelle plutôt que sexuelle. Appelée nirvan, cette castration, interdite par la loi indienne, signifie ( absence de désir et paix ) . Le nirvan est d’autant plus dangereux que rien n’est entrepris pour arrêter l’hémorragie. En effet, le sang qui coule symbolise la virilité enfin emportée.

Très hiérarchisée, la communauté des hijras/aravanis est dirigée par des gourous, soutenus financièrement et affectivement par les chelas ou disciples. Quant à la vie du hijras, elle dépend de la volonté de ses bienfaiteurs : la déesse-mère au panthéon indien, Bahuchara Mala et Shiva Dieu destructeur….Le regard de la société indhue sur le hijras est double. Il inspire autant le respect que la méfiance. Respect parce que leur castration, paradoxalement, apporterait la fécondité aux couples, d’où leur présence rémunérée aux mariages. Méfiance, à cause du mauvais œil qu’ils pourraient jeter aux gens.

Selon l’ONG Humsafar Trust, basée à Bombay, l’Inde compte actuellement près de 6 millions de hiras, des hommes travestis en femmes vivant du métier de danseur ou de musicien. Appelés aussi eunuchs mais pas toujours castrés, les hijras/aravanis qui englobent toutes les cases de la société ainsi que les hermaphrodites, existent depuis des siècles.

Alors qu’ils occupaient la fonction importante « d’homme de confiance à tout faire » des maharadjas, ils doivent aujourd’hui se prostituer pour espérer survivre et tendent de plus en plus à se marginaliser.

A note toutefois, une fois par an le festival de koovagam ou les hijras/aravanis peuvent se marier perpétrant pour un jour et une nuit le sacrifice d’Aravan. Egalement, l’Etat du Tamil Nadu dans le Sud de l’Inde a été le premier à reconnaitre leur identité du 3ème genre et ils peuvent désormais bénéficier de droits accordés à tout citoyen  : homme, femme ou  H pour hijras et T pour transgenre et, revendiquer leur identité sexuelle.

En complément de cet article voir liens ci-dessous :

http://indiangay7.canalblog.com/archives/2009/10/25/15556327.html 

http://indiangay7.canalblog.com/archives/2009/10/25/15556394.html 

http://indiangay7.canalblog.com/archives/2009/10/25/15557194.html