A.. m'a gentiment proposé d'aller en nocturne, pour éviter la foule, au Salon de l'Agriculture, ce que j'ai bien évidemment accepté. Nous avons passé un fort agréable moment en parcourant les stands.

Nous avons vu de superbes animaux, donc certains fort rares et que je n'avais jamais vu en Inde :Tels des pigeons tout frisotés, d'autres dont le cou était protégé par des plumes, jouant les grandes dames, et encore, certains dont le poitrail très haut et volumineux le faisant ressembler à la poitrine d'une diva. Des lapins énormes avec une masse de poils ou de graisse ?Des coqs avec des pattes couvertes de plumes et des cuisses les faisant ressembler à des cuissardes, d'autres dont les plumes étaient une débauche de couleurs. En Inde, je ne sais pas si on élève des canards, je n'en ai jamais vu. Sathiya m'avait dit qu'il fallait aller à la chasse pour en voir.

Je suis resté bouche bée devant les cochons, les seuls que je connaissais sont ceux que j'avais vu dans le Tamil Nadu, et encore de loin car gardés par une caste d'intouchables : les Tombins. Ces cochons sont assez gros et couvert de poils noir. A Ajmer, j'en ai vu des tous petits roses, d'ailleurs on se demande comment cette ville à dominance musulmane peut vivre en pareil compagnie. Mais il est vrai que comme ils n'en mangent pas, les indhus non plus, ces animaux se reproduisent vite et en nombre, se couchant en travers les pattes des vaches et sur les porches des maisons ce qui nécessite des purifications régulières pour ne pas dire nombreuses.

Comme de bien entendu, nous avons passé un long moment du côté des vaches, taureaux, boeufs. Ils étaient superbes, avec des robes allant du blanc au noir, en passant par le beige, le marron, le gris, c'était sublime. J'étais aux anges si je puis me permettre une comparaison osée. Il y a quelques années j'étais allé avec Sathiya audit salon et en regardant les vaches, des gros paysans nous avaient pris à partie en disant "Elles sont belle einh, vous n'en avez pas des comme ça en Inde, elles ne sont pas bien grosses, elles sont comme vous, c'est la race qui veut ça". Mais bien sûr, voyons à quelle race de chiens pouvons-nous appartenir. Nous sommes restés interloqués devant un tel manque de tact et/ou de racisme. Lorsque j'en ai parlé à A... il m'a dit, de ne pas m'inquiéter qu'un chien de race n'est jamais gras, seuls les batards l'étaient...Bref cette année pas de réflexion nauséabonde.

Petit bémol qui m'a indisposé, on voyait de superbes animaux vivants et en face d'eux se trouvait une vitrine avec des carcasses d'animaux morts pour montrer ce qui devait sans doute être la qualité de la viande. J'ai trouvé ça particulièrement cruel et malvenu vis à vis des animaux vivant qui voyaient ains le sort qui leur serait réservé.

Nous nous sommes attardés sur les éleveurs de chats, il y en avait d'adorables, avec des oreilles cassés, rabattues en casquette sur le dessus de leur tête, des abyssins, élégants, fins, hauts sur pattes, des persans au museau écrasé. Dommage ou heureusement que nous n'avons pas d'appartement plus grand, car il sont si faciles à aimer.

Comme il y avait tout autour des stands vendant des accessoires pour animaux, nous en avon profité pour acquérir une couverture toute douce et suffisamment grande pour que notre Shivana puisse avoir bien chaud et s'enrouler dedans, ça me permettra de récupérer ma robe de chambre lorsque je me lève. nous lui avons également acheté un "reposoir" contenant deux petites coupelles en faience pour ses repas, un côté pour l'eau, l'autre pour la nourriture, ce sera plus pratique que le bol d'eau et l'assiette qu'elle me renverse régulièrement. En plus nous avons gagné un peu de place, la cuisine n'étant pas très grande.

Nous avons flané également parmi les vendeurs de produits régionaux et du monde, qui avaient des étalages bien arrangés et surtout fort tentants. Pour terminer par le salon des vins et gastronomiques. A... avait faim, mais malgré mon invitation, il n'a pas voulu manger sur place la plupart des restaurants proposant du boeufs et/ou du porc. Il a eu tort, et je le lui ai dit, je n'en mange pas, mais loin de moi l'idée de le brimer alors que je sais qu'il aime. Mais A... est plein de délicatesse et c'est bien là que je le reconnais.

Nous sommes rentrés chez moi, vers 8h30, car mon appartement est plus près du salon que le sien et oui, pour ça je suis un petit veinard, je viens en voisin.