Alain Defossé

Je me suis essayé à faire un portrait moderne de l'écrivain Alain Defossé à présent décédé et avec qui j'avais souvent des contacts sur Facebook. Amoureux de Pondichéry.

Il faisait appel à moi pour lui traduire des messages reçus en Tamil. Il m'avait également demandé de lui trouver un masseur dans la communauté indienne pour soulager ses douleurs, et était venu au Ratha Yatra pour me rencontrer. Il avait également demandé à me voir une fin d'après-midi, comme j'hésitais par prudence, il m'avait proposé de venir avec mon compagnon.

 
Je me rappelle notre premier contact sur Facebook, c'est lui qui en a eu l'initiative, sans doute parce que j'étais indien et que je lui rappelais de bons souvenir de son voyage dans mon pays. Il m'a dit qu'il était écrivain. Comme je ne le connaissais pas ni lui ni ses écrits, je me suis renseigné et ai lu en premier livre :

- L'homme en Habit puis,

- On ne tue pas les gens.

J'avais bien aimé. Maintenant qu'il n'est plu, j'ai honte et je regrette la méfiance que j'ai eu envers lui. Ce qui m'avait frappé chez lui c'était son nez énorme, ainsi que son regard triste et désabusé. Ce portrait est certainement plein d'erreurs, mais je l'ai fait avec mon coeur, en hommage à un homme discret qui est parti de même, comme sil ne voulait pas déranger.

Que nos Dieux vous fassent mille sourires ou que vous soyez et qu'ils prennent votre gentillesse en compte dans votre prochaine réincarnation.