P1080882Khajuraho est situé dans l'Etat du Madhya Pradesh, au nord de l'Inde Centrale. Cet Etat, est réputé pour conserver ses traditions.L'espanade des temples rappellent aux visiteurs une gloire passée qui dura du 9ème au 13ème siècle. Khajuraho était alors la capitale politique et religieuse des rois Chandella. Cette gloire disparut sous la ruée des envahisseurs musulmans.

Autrefois, les temples étaient au nombre de 89, grands et petits, bâtis entre les années 950 et 1050. Ils furent donc construits avec des outils rudimentaires, en forme de lingam, et sculptés et ornés sur la moindre face disponible. L'opulence de l'époque et la reliogiosité des esprits contribuèrent à l'éclosion d'une activité artistique considérable. Les différents groupes religieux se mirent à rivaliser dans la construction de ces temples qui n'étaient pas seulement des lieux d'adoration, mais une place publique, un théâtre, un auditorium, un endroit de réunion.

P1080893

Beaucoup de ces sanctuaires s'attachaient les services de devadasis (servantes et danseuses sacrées) qui à leur tour attiraientP1080856 les fdèles. Les rois Chandella régnèrent pendant cinq siècles sur cette civilisation dédiée comme certains aiment à le dire dédiée aux plaisirs des sens. Le royaume des Chandellas qui avaient consacré son énergie à profiter de la vie succomba devant des envahisseurs dotés d'une autre trempe morale. En l'an 1100 Mahmoud le Turc proclama la guerre sainte contre les "idolâtres" de l'Inde et vers 1200 les sultans de Delhi régnaient déjà sur ce royaume qui avait connu la gloire.

Dans les années 68, les temples attiraient les européens par la liberté sexuelle que l'Inde semblait promettre. Puis, plus tard, ceux-ci furent "choqués" par les figures représentés sur la façade de ceux-ci ce qui leur fit dire que les  indiens n'avaient aucun pudeur et étaient pervers. Ce qui montre le peu de connaissance de ces personnes pour notre culture et notre mentalité. 

Aux jours d'aujourd'hui, ces temples constituent un patrimoine considérable pour nous indhus. Ils signifient que nous ne mettons pas de barrage entre le profane et le sacré. Nous reconnaissons à nos Dieux et à nos prêtres de droit à la vie domestique, aux plaisirs des sens comme tout un chacun. Des familles amènent leur fils voir ces temples en vue de leur apprendre "la vie" avant leur prochain mariage.