Article du 27/06/2011 dans le magazine (Aujourd'hui l'Inde)

La Commission Nationale à la protection des droits de l'enfant a demandé dimanche 26 juin que le gouvernement de l'Etat du Madhya Pradesh, au centre de l’Inde, ouvre une enquête sur d’éventuels cas de génitoplasties. Une requête qui intervient après la publication d’une enquête par le quotidien Hindustan Times, selon laquelle des chirurgiens pratiqueraient des opérations " par centaines chaque année " dans la ville d’Indore, afin de " transformer " des petites filles en garçons.

Relativement facile d’accès, cette procédure consiste à construire chirurgicalement un pénis sur une petite fille très jeune - moins de 5 ans - qui a des organes sexuels internes masculins. En d’autres termes, elle est d’ordinaire extrêmement rare. Les " centaines " de cas évoqués par le journal paraissent donc bien étranges, et semblent indiquer que l’opération a été détournée afin de permettre aux parents de " rectifier " le sexe de leur enfant a posteriori. Alors qu’il est interdit aux médecins de dévoiler le sexe des fœtus avant la naissance afin d’éviter les avortements de foetus féminins dans ce pays où la préférence pour les garçons reste omniprésente, la génitoplastie serait ainsi un nouveau moyen de contourner la loi, silencieuse sur ce type d’opérations. Pour un coût de 150 000 roupies (environ 2500 euros), des parents viendraient ainsi à Indore de Bombay ou Delhi pour faire " corriger " chirurgicalement le sexe de leurs enfants, selon le quotidien. La Commission souhaite recueillir, à l'aide d'un groupe de docteurs reconnus, des informations sur le nombre exact de cas de génitoplastie, sur l'obligation médicale qu'il y avait ou non à pratiquer ces opérations et enfin les noms des médecins impliqués.

 

Mon avis : Indiangay

Quand je vois à quelles pressions sont soumises les familles ne produisant que des filles à qui il faudra à chacune une dot pour faire un mariage convenable. Je me réjouis tous les jours que les Dieux font de m'avoir donner les attributs qui font de moi un garçon et ont permis à ma famille et à ma mère de savourer ma naissance et d'avoir été honorée comme mère, puisqu'elle avait mis au monde un garçon

Par contre, je plains sincèrment l'épouse qui ne donne que des filles, elle ne sera jamais considérée comme une mère et ne sera jamais intégrée d'égale à égale dans sa belle famille. Elle se devra d'obéir sans rien dire à toutes les personnes de la maisonnée et faire office de bonne ou tout faire  et parfois de souffre douleur...