imagesCALL9T3B2h40 du matin. Comme bien des nuits je ne dors pas ou plutôt je me suis réveillé 2h après mettre endormi et comme d'habitude c'est le moment que je choisis pour revoir mon passé, réfléchir à mon présent et essayer de imaginer mon avenir.

Mon compagnon dort auprès de moi. Son souffle régulier m'indique que tout va bien. Quant à la minette qui reposait dans le salon, sentant qu'il y avait un peu de mouvement dans la chambre, est venue me rejoindre avec dans la gorge son gros ronron du matin, pour se rappeler à moi, mais et surtout pour réclamer son petit déjeuner.

Je suis rentré hier soir vers 11h30. Mon ami, malgré mes demandes répétées, n'était toujours pas couché et m'attendait. Il m'avait préparé un petit encas bien sympathique. Je suis si heureux lorsque je rentre de sentir une présence autre que mon petit animal. De voir une lumière allumée, même si ce n'est qu'une veilleuse et de l'apercevoir dans la pénombre assis dans son fauteuil préféré un bouquin à la main comme à l'accoutumé. Rien de pire que de rentrer dans une maison vide après une journée de travail et de se sentir inutile, attendu par personne et de surcroît submergé par le chagrin et des sombres pensées !

Je n'avais pas spécialement faim, mais la moindre des choses était de faire honneur au repas qu'il s'était donné la peine de me préparer.. J'aime sa façon de m'accueillir lorsque je rentre, la tête légèrement penchée sur le côté, les bras en avant pour me décharger de mes sacs et me prendre dans ses bras. Le tendre baiser qu'il me donne sur la bouche plus ou moins rapide selon que le désir se fait sentir.

Je suis heureux avec lui. A 24 ans j'ai la chance d'avoir trouvé un compagnon sérieux oui. Pourquoi pas une femme ? je n'en sais rien, je ne cherche plus à comprendre pourquoi je suis ainsi, je l'accepte enfin. J'ai une vie de couple harmonieuse. Et puisque ça va avec, une vie sexuelle qui me comble de bonheur. Je me suis marié avec A... après 2 ans de fréquentation et une année de réflextion (suite à sa demande) et je ne le regrette pas.

Je ne crois pas trouver un jour, une satisfaction aussi puissante que celle qui m'envahit lorsque je fais l'amour avec A... Oui, faire l'amour, Qu'est-ce que cela signifie : accepter d'embrasser et de caresser (et d'être caressé) intimement une personne de sexe opposée, du même sexe,Ce terme je n'arrivais pas jusqu'ici à l'exprimer en parole ou même à l'écrire, Il me renvoyait à quelque chose de tellement sale, vulgaire, voire obscène et honteux. Il me fallait substituer ce terme par un mot : l'amitié. Mais faire l'amitié n'est pas aussi précis et ne me convient plus depuis notre union.

De même le mot de mari pour parler de mon compagnon. Ce terme qui me gêne encore, ne me choque plus vraiement. Le schéma homme/femme auquel il me renvoye n'est plus d'actualité en ce qui me concerne et avec le temps j'intégrerai certainement et sans complexe le mot de mari à mon vocabulaire, quand je parlerai de mon compagnon.

Comme la plupart des hommes j'ai été formaté dès l'enfance aux tâches et responsabilités m'incombant en tant que mâle. A une prétendue supériorité, et valorisation du sexe masculin au détriment du féminin. Notre pays (l'Inde) la placarde non seulement sur ses affiches (question de la dot) mais également clairement dans tous les actes courants de la vie, ravalant la femme à un rôle de domestique sous le couvert du mot épouse.

 En attendant j'apprécie au plus au point d'être l'élu de A....